Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

BIBLIOTHEQUE

ORPHELINS 88,

Sarah Cohen-Scali

 

 

"Josh" est un jeune rescapé de la guerre. Son prénom, il le doit aux Américains, car il est partiellement amnésique : il sait seulement qu'il vient d'un "lebensborn".

C'est la déroute nazie qui lui a permis d'être recueilli dans un orphelinat géré par l'UNRA et dont la directrice, Ida, se dévoue totalement à la cause des enfants.Josh, qui vivait dans un espace clos dont il ne pouvait s'échapper, découvre peu à peu les orphelins de la guerre: juifs, enfants volés, enfants des rues "aryens",bébés abandonnés... Tous veulent survivre, surmonter les terribles blessures de la guerre.

Il découvre aussi la négritude et le racisme, en la personne de Wally, sergeant chauffeur de l'orphelinat qui veille sur tous ces pensionnaires tourmentés. C'est lui qui l'accompagnera dans la recherche de sa famille.

Ce roman fait suite à "Max", ou la vie dans un lebensborn allemand, mais il peut être lu séparément. Excellent roman parfaitement documenté, qui s'adresse à tout public à partir de 14ans. Bien raconté, il met en scène des personnages très attachants dont le désir de vivre nous touche infiniment.

 

 

UNE ODYSSEE : un père, un fils, une épopée,

Daniel Mendelsohn,

Flammarion, 427 pages

Daniel Mendelsohn est professeur de littérature classique à Bard College. Apprenant qu'il va faire travailler ses étudiants sur l'Odyssée, Jay, son père, décide de suivre ce séminaire. Professeur de mathématiques retraité (il a 81 ans), il s'intègre au groupe d'étudiants, participant aux débats avec vigueur.

Au cours de ce semestre, Daniel et Jay s'embarquent pour une croisière dont le thème est "sur les traces d'Ulysse". Durant le voyage, père et fils se rapprochent progressivement et se re-découvrentavec tendresse.

Dans cet ouvrage inclassable, l'auteur revient sur le voyage d'Ulysse, sur le rapport de la culture grecque avec notre temps sans que cela soit pesant. Il sait se mettre à notre portée et ne nous ennuie jamais. L'alternance avec la narration de ce voyage entre père et fils s'inscrit très habilement dans le cours du récit.

Cela dit, je ne suis pas certaine qu'il soit si facile à lire. Pour lecteur averti?

VOYOU

Itamar Orlev

Seuil, 460 pages

C’est grâce aux remerciements situés en fin d’ouvrage que nous comprenons que cette œuvre littéraire est inspirée par un témoignage.

Un jeune Israélien tout juste séparé de sa femme et de son fils de quatre ans décide de partir à Varsovie pour aller voir son vieux père. Il ne l’a pas vu depuis des années : sa mère, juive polonaise mariée à un goy, a « échappé » à son mari en émigrant en Israël avec ses trois enfants.

Orlev nous raconte deux histoires parallèles :  celle de l’enfance de ces trois enfants, marquée par un père violent, fruste, alcoolique et souvent absent et celle de ces enfants devenus adultes qui n’ont jamais pu oublier leur passé malheureux. Le narrateur éprouve des sentiments ambivalents à l’égard de ce père qu’il ne connaît pas vraiment ; amour et haine le taraudent sans fin.

C’est un roman plein de violence qui nous parle d’une Pologne que nous ne connaissons que trop bien. Excellent premier roman

Ma tribu plus que française

Philippe Alexandre

Robert Laffont 288 pages

Dans ce livre autobiographique, Philippe Alexandre nous raconte deux siècles d’assimilation des Juifs en France et leur histoire d’amour pour la France. Avant l’âge de 10 ans, il ne savait même pas qu’il était juif. Il l’a découvert en 1941 quand son père a jugé plus prudent de le faire baptiser. Et, pour tout dire, il n’y a pas attaché d’importance. Philippe s’est toujours senti bien plus français que juif. 

Avec les années, pourtant, il a eu envie de connaître l’histoire de sa famille, des Allemands installés en France juste à la veille de la Révolution. Résultat : l’histoire un peu savante de l’assimilation des Juifs de France se transforme en un excitant roman d’aventure. On est d’abord à Forbach où certains oncles sont bouchers, les autres marchands de chevaux. Les enfants s’appellent Hayem, Isaac, Avector, Gotroh ou Marta. Le XIXe siècle s’écoule et l’histoire d’amour avec la France se prolonge. 

Tout cela, Philippe Alexandre le raconte en parlant de sœurs, de tantes et de cousines. On se croit dans un roman de Balzac. La vie est belle à Forbach. Mais l’Allemagne que le clan avait fuit les rattrape en 1870. 

Direction Paris. Tous vouent un culte rigoureux à une seconde religion : le patriotisme et la ”Laïcité”. Plus de prénoms juifs. 

A la fin du XIXè siècle, c’est « La France juive » de Drumont. l’affaire Dreyfus et ensuite la première guerre mondiale au cours de laquelle le clan donnera plusieurs fils à la France dans les tranchées. 

Alexandre ne cache pas l’égoïsme des siens face aux Juifs venus d’Europe centrale dans les années 1930. Puis viennent les pages sur une Occupation ensoleillée que le petit garçon passe à Grasse.

Ce livre est un vrai roman-feuilleton passionnant.

VERA KAPLAN 

Laurent Sagalovitsch,

Buchet-Chastel, 152 pages

Ce court roman est basé sur une histoire vraie : celle de Stella Goldschlag, jeune juive allemande qui, en échange de dénonciations, a cru sauver ses parents de la déportation.

A travers cette fiction, l’auteur cherche à comprendre ce que cette situation dramatique a pu déclencher de violence dans la tête d’une jeune rebelle délurée, bien décidée à survivre et à aider ses parents. Elle est animée par des sentiments contradictoires, mais sa soif d’action l’emporte sur tout le reste. Dans un cahier, elle n’a de cesse de justifier ses actes, guidée par trois pulsions : d’une part, elle veut survivre à tout prix et témoigner, d’autre part, elle ressent un grand mépris pour tous ces « moutons » qui se laissent mener à l’abattoir, enfin elle veut croire qu’elle peut sauver ses parents.

Elle n’éprouve pas trop de difficulté à dénoncer ses camarades, ses copains, etc… Tout se justifie à ses yeux. Elle est si forte !... Nous ne pouvons pas la juger, c’est une victime. Elle sera jugée par un tribunal à la fin de la guerre et subira une peine de prison, et l’interdiction de voir sa fille née pendant la guerre, et placée en Israël.

Son cahier finira entre les mains de son petit-fils, longtemps après qu’elle se soit suicidée.

C’est un roman très dérangeant ; la personnalité de cette jeune fille est troublante car sa volonté l’aveugle totalement. Elle est péremptoire comme on peut l’être à l’adolescence.

Ce que nous trouvant de plus gênant, ce n’est pas tant l’histoire elle-même : c’est que Vera, dans son récit d’après-guerre, n’évoque pas ses parents, lesquels ont fini leur vie dans une chambre à gaz. Or, elle n’a eu de cesse de se justifier. Après la  guerre, Vera répète que si c’était à refaire, elle le referait. On la comprend : comment survivre autrement ?

Sagalovitsch est plutôt provocateur, et il place dans la bouche de Vera des propos parfois inacceptables.

FORET OBSCURE 

Nicole Krauss

L’Olivier, 285 pages

Ce texte (roman ?) ambitieux est l’histoire de deux personnages en quête d’eux-mêmes. A un moment de leur existence, ils éprouvent le besoin impérieux de tout quitter afin de se réconcilier avec leur nature profonde.

Ils entreprennent un voyage initiatique, à la recherche de leurs raciles, lesquelles se trouvent dans un Israël plutôt rêvé que réel.

Nous sommes tous happés par la vie urbaine et l’auteur nous donne une belle leçon de courage. Le courage de tout lâcher pour aller à l’essentiel et être en paix avec soi-même.

Pas facile à lire

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus